Examens des vaccins contre le virus respiratoire syncytial ➡️ Résultats 2022.

Avis sur le vaccin contre le virus respiratoire syncytial

LeVRS, ou virus respiratoire syncytial, est l'une des principales causes de maladies respiratoires aiguës chez les nourrissons et les personnes âgées. Rien qu'aux États-Unis, le virus est responsable de l'hospitalisation d'au moins 177 000 personnes âgées chaque année, dont 14 000 meurent des suites de ces infections.

LeVRS est également à l'origine de l'hospitalisation d'environ 3 millions d'enfants de moins de cinq ans sur les 33 millions de cas signalés chaque année. Parmi ces enfants, environ 120 000 meurent chaque année de complications liées à l'infection. 

Ces statistiques indiquent la charge de morbidité stupéfiante du virus respiratoire syncytial et la raison pour laquelle un vaccin correspondant est indispensable. Mais existe-t-il actuellement des options d'immunisation contre le VRS ? Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur le virus respiratoire syncytial, sur la façon de le gérer et sur les options d'immunisation actuellement approuvées pour le VRS. 

Qu'est-ce que le virus respiratoire syncytial (VRS) ?

Levirus respiratoire syncytial, ou VRS, est un agent pathogène qui provoque couramment des maladies respiratoires aiguës. Il affecte les poumons et les voies respiratoires qui y entrent et en sortent. 

Bien que le virus puisse attaquer et affecter des personnes de tous âges, les nourrissons, les jeunes enfants de moins de cinq ans et les adultes plus âgés, en particulier ceux qui présentent des antécédents médicaux, sont les plus exposés aux infections par le VRS et aux complications qui en découlent. 

Qu'est-ce que le VRS ?

Le virus provoque généralement de légers symptômes semblables à ceux d'un rhume ordinaire. Si la plupart des personnes infectées par le virus respiratoire syncytial se rétablissent en une ou deux semaines, d'autres ont souvent besoin d'une hospitalisation et d'un traitement approprié pour se remettre. 

LeVRS est généralement plus grave, voire mortel, pour les nourrissons de moins de cinq ans et les personnes âgées. Ces deux groupes de personnes peuvent se retrouver dans une situation critique en cas d'infection par le VRS si elles présentent des problèmes de santé existants. 

Souvent, l'infection par le VRS est associée à d'autres affections potentiellement mortelles qui apparaissent après une attaque de VRS. Le VRS est la cause la plus fréquente de pneumonie (infection pulmonaire) et de bronchiolite (inflammation des voies respiratoires inférieures) chez les enfants de moins de deux ans aux États-Unis.

L'infection respiratoire aiguë due au virus respiratoire syncytial est l'une des principales causes de morbidité et de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans dans le monde. Selon les estimations mondiales, le VRS est associé à environ 0,3 million de décès de jeunes enfants chaque année. La majorité de ces décès sont enregistrés dans les pays à faible revenu. 

Résumé 

Nom du virus  Virus respiratoire syncytial (VRS)
Vaccin disponible  Aucun vaccin approuvé n'est encore disponible
Mode de transmission  Transmissible par contact avec les gouttelettes provenant du nez et de la gorge des personnes infectées lorsqu'elles éternuent ou toussent.
Traitement  Les patients hospitalisés peuvent avoir besoin d'oxygène, de ventilation mécanique ou d'une intubation pour soutenir leur respiration.
Conditions associées Pneumonie, asthme, bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et insuffisance cardiaque congestive.
Candidats idéaux pour la vaccination  Les personnes âgées souffrant d'affections chroniques et les enfants, en particulier ceux âgés de moins de cinq ans.
Symptômes d'infection  Les premiers symptômes du VRS sont la congestion, la fièvre, le mal de gorge, l'écoulement nasal et la toux. Les nourrissons infectés peuvent être fatigués, irritables et avoir des difficultés respiratoires.

Qu'est-ce que le vaccin contre le virus respiratoire syncytial ?

Qu'est-ce que le vaccin contre le virus respiratoire syncytial ? Un vaccin contre le VRS est une inoculation qui permet de prévenir l'infection par le virus respiratoire syncytial. Pas de licence Vaccin contre le VRS n'existe pas encore, mais diverses entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques sont en train de développer des options d'immunisation contre le virus. 

Le développement d'un vaccin contre le virus respiratoire syncytial a commencé dans les années 1960 et a été interrompu après un démarrage infructueux. Les premiers tests du vaccin ont provoqué une grave réaction inflammatoire des poumons qui a entraîné le décès de deux nourrissons participants. Par conséquent, toutes les tentatives de développement d'un vaccin contre le VRS ont été interrompues pendant plusieurs années. 

L'échec du premier vaccin a suscité des inquiétudes quant à sa sécurité et à son éventuelle efficacité, ce qui a entravé le développement d'autres vaccins contre le virus. 

Heureusement, les scientifiques ont continué à chercher à mieux comprendre le fonctionnement du virus respiratoire syncytial. Ces efforts semblent avoir porté leurs fruits puisque de nombreux candidats vaccins sont entrés en développement clinique ces dernières années. Un certain nombre de ces vaccins potentiels sont presque prêts pour les essais sur l'homme en phase finale et n'attendent plus que l'approbation des autorités réglementaires.

Jusqu'à présent, les vaccins candidats développés par divers moyens ont donné des résultats prometteurs, laissant entrevoir l'avenir de la prévention du VRS. Ces vaccins fonctionnent différemment des vaccins originaux mis au point dans les années 1960. Les résultats de divers tests indiquent la possibilité de disposer dans un avenir proche d'un vaccin efficace contre le VRS pour les nourrissons et les jeunes enfants.

Pourquoi le vaccin contre le VRS a-t-il été retardé ?

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis les années 1960, date de la première tentative de création d'un vaccin contre le VRS. À ce jour, aucun vaccin n'a été approuvé contre le VRS ou le virus respiratoire syncytial. Pourquoi de nombreux vaccins sont-ils en cours de développement pour la première fois depuis si longtemps ? 

Le virus déclenche une réponse immunitaire très différente de celle des autres virus connus. Bien que cela ne soit pas la raison principale de l'échec tragique du premier vaccin contre le VRS dans les années 1960, cela a rendu difficile le développement d'une immunisation efficace.

Pourquoi le vaccin contre le VRS a-t-il été retardé ?

Contrairement à de nombreux virus courants, le VRS possède une adaptation naturelle qui le protège de l'immunité systémique de l'organisme. Il peut échapper à une grande partie des mécanismes immunitaires systémiques de la victime car il réside principalement à l'extérieur du corps.

Cette adaptation rend le virus assez évasif par rapport à d'autres agents pathogènes tels que le morbillivirus (virus responsable de la rougeole). Si ce dernier infecte votre organisme, votre système le reconnaît et développe une immunité permanente contre lui. 

En revanche, si le virus respiratoire syncytial infecte votre organisme, il n'y aura pas de mémoire immunitaire pour le reconnaître lors de sa prochaine attaque. Vous pouvez donc toujours contracter le virus à l'avenir et tomber malade. 

Cette tactique d'évitement du VRS est en partie la raison pour laquelle il a fallu si longtemps pour comprendre comment développer une protection durable contre le VRS. Néanmoins, les scientifiques sont aujourd'hui très optimistes quant à l'avenir de l'immunisation contre le VRS après avoir réalisé des avancées significatives au cours des dernières années. 

Idéalement, les scientifiques devaient mener des recherches approfondies pour trouver une façon concluante d'aborder la question du vaccin. Ce processus de longue haleine a donné lieu à des dizaines d'essais de vaccins expérimentaux contre le VRS présentant un bon potentiel. 

Quels vaccins contre le VRS sont en cours de développement ?

Trois types différents de vaccins sont actuellement en préparation pour être utilisés contre le VRS. Ces catégorisations résultent des stratégies utilisées pour développer les vaccins. 

Type 1 : protéine F du virus

Lepremier type d'immunisation contre le virus respiratoire syncytial consiste à utiliser la protéine F du virus sur les femmes enceintes dans le but de transférer la protection au bébé à naître. 

Cette stratégie implique l'administration intramusculaire de la protéine F du virus aux futures mères à un moment précis de la grossesse. La protéine est destinée à stimuler la réponse en anticorps de la mère, qui est ensuite transférée au bébé à naître. 

L'administration de ce vaccin est censée intervenir dans une fenêtre spécifique pour une protection optimale. Idéalement, elle doit avoir lieu suffisamment tôt pour protéger le bébé contre les infections.

Les scientifiques ont également l'intention d'utiliser ce vaccin chez les patients âgés présentant un risque d'infection par le VRS. 

Type2 : Vaccin à virus vivant-atténué

Le deuxième type de vaccin suit la même approche que la plupart des vaccins disponibles sur le marché aujourd'hui. Il implique l'administration d' un virus vivant atténué dans l'organisme du patient. Ce type de vaccin est destiné aux jeunes enfants. 

C'est actuellement l'approche la plus répandue que poursuivent de nombreuses sociétés pharmaceutiques et biotechnologiques.

Type 3 : Vaccin à anticorps monoclonal

Le dernier type de vaccin développé contre le virus respiratoire syncytial consiste à utiliser un anticorps monoclonal pour attaquer les surfaces de laprotéine F du virus chez les nourrissons à la naissance.

Cette approche est appelée immunité passive car, techniquement, il ne s'agit pas d'un vaccin mais d'une forme de protection contre le virus évasif. Actuellement, certaines sociétés de biotechnologie utilisent cette approche pour développer un traitement exclusif contre le VRS pour les enfants à haut risque.  

Certains scientifiques affirment que cette protection est très puissante et qu'elle est recommandée pour tous les nourrissons, et pas seulement pour ceux qui présentent un risque élevé de morbidité et de mortalité liées au VRS. 

Vaccins contre le VRS en cours de développement

Le développement d'un vaccin contre le VRS a connu quelques progrès notables. Plusieurs développeurs de vaccins ont recruté des volontaires pour des essais cliniques de vaccins expérimentaux contre le VRS, avec un succès significatif. 

Dans l'un des essais, le vaccin a été administré à un groupe de volontaires sains sous forme de gouttes nasales. L'argument qui sous-tend cette approche est d'amener le système immunitaire à reconnaître le virus dans le nez, puisque les infections réelles se produisent par le nez. 

Vaccins contre le VRS en cours de développement

Amener l'organisme à réagir à la perfusion du vaccin dans le nez serait un excellent moyen d'obtenir une meilleure réponse protectrice. Ces tests ont utilisé une combinaison de la protéine du VRS et du virus Sendai, un agent pathogène chez la souris qui peut se répliquer chez l'homme sans provoquer de maladie. 

Ces essais spécifiques illustrent les études de sécurité menées pour tester et démontrer le profil de sécurité du vaccin. Ils permettent également d'illustrer la capacité du système immunitaire du receveur à développer une forte réponse en anticorps contre la protéine F du VRS lorsqu'il la voit.

Après des tests d'innocuité réussis sur des adultes en bonne santé préalablement exposés au virus, le vaccin peut alors passer à des essais sur des enfants. Dans cette dernière phase, les scientifiques étudient le comportement du vaccin et sa réponse immunitaire chez les enfants. 

Qui est le candidat idéal pour le vaccin contre le VRS ?

Lavaccination contre le virus respiratoire syncytial vise principalement les enfants de moins de 6 mois en raison de leur vulnérabilité aux maladies graves dues au VRS. L'administration du vaccin aux nourrissons de cet âge se fait par l'intermédiaire de la mère. 

Cette méthode de vaccination se heurte à la présence d'anticorps maternels, qui pourraient réduire l'efficacité du vaccin. L'autre solution consisterait à retarder l'âge de la vaccination de quelques mois ; ce n'est pas la solution la plus recommandée car la plupart des infections primaires par le VRS surviennent tôt dans la vie du nourrisson.

Qui est le candidat idéal pour le vaccin contre le VRS ?

Retarder la vaccination pourrait signifier permettre à de nombreuses infections évitables de se manifester. C'est pourquoi les experts recommandent d'établir une fenêtre de vaccination qui permet de vacciner avant que la majorité des infections ne se soient déclarées et que l'interférence des anticorps maternels soit minimale. 

En l'état actuel des choses, la vaccination de la mère pour transférer la protection au nouveau-né est encore un domaine de recherche en cours. 

Une meilleure compréhension de la dynamique des anticorps est essentielle pour décider de l'âge approprié pour la vaccination des enfants à naître. 

Toutefois, il convient de noter que ce dilemme ne s'applique qu'à un seul type de vaccin. Si l'on considère tous les types de vaccins candidats disponibles, tous les groupes de personnes présentant un risque élevé d'infection par le VRS sont des candidats idéaux à la vaccination. 

Qui contracte une infection par le VRS et comment ?

Qui contracte une infection par le VRS et comment ?

Les personnes les plus exposées aux infections graves par le VRS sont les enfants de moins de 5 ans et les adultes plus âgés, en particulier ceux qui présentent des problèmes de santé. 

Des études sur les vaccins sont en cours pour les personnes âgées, les enfants et les adultes, avec un accent particulier sur les femmes enceintes. Dans de nombreux cas, les vaccins contre la coqueluche et la grippe sont actuellement recommandés pour les femmes enceintes, en partie pour aider à transférer la protection aux bébés à naître. 

En revanche, la plupart des personnes qui contractent une infection respiratoire syncytiale souffrent généralement d'une maladie bénigne et peuvent se rétablir en une ou deux semaines. 

Cependant, les personnes considérées comme à haut risque ont une probabilité plus élevée de développer une infection grave par le VRS nécessitant une hospitalisation. Les deux principales infections résultant généralement du virus sont la bronchiolite et la pneumonie, qui peuvent toutes deux mettre la vie en danger. 

Dans certains cas, une infection par le VRS aggravera des problèmes de santé chroniques existants. Cela explique pourquoi les personnes présentant de tels problèmes de santé sont considérées comme étant à haut risque. Dans tous les cas, les infections sont généralement plus graves chez les personnes âgées et les enfants.

Personnes âgées souffrant de problèmes de santé chroniques 

Rien qu'aux États-Unis, au moins 177 000 personnes âgées sont hospitalisées chaque année en raison d'une morbidité liée au VRS. Environ 14 000 décès sont signalés chaque année parmi ces cas, qui pourraient être évités grâce à une vaccination adéquate. 

Parmi les personnes âgées présentant un risque plus élevé d'infection par le VRS figurent les personnes âgées de 65 ans et plus, celles souffrant de maladies pulmonaires ou cardiaques chroniques et celles dont le système immunitaire est affaibli. 

Nourrissons et jeunes enfants 

Environ 58 000 enfants de moins de cinq ans sont hospitalisés chaque année aux États-Unis en raison d'une infection par le VRS. Le risque d'infection par le VRS varie selon les différents groupes d'enfants, les groupes suivants étant les plus exposés à une morbidité grave due au virus. 

  • Nourrissons âgés de 6 mois et moins
  • Bébés prématurés
  • Enfants de moins de 2 ans atteints d'une cardiopathie congénitale ou d'une maladie pulmonaire chronique.
  • Les enfants souffrant de troubles neuromusculaires, comme ceux qui ont des difficultés à avaler ou à évacuer les sécrétions de mucus.
  • Les enfants dont le système immunitaire est affaibli

Presque tous les enfants sont infectés par le virus respiratoire syncytial lorsqu'ils atteignent l'âge de deux ans. L'infection provoque souvent une maladie bénigne, semblable à un rhume. Toutefois, le virus est la cause la plus fréquente de maladies graves telles que la bronchiolite et la pneumonie ou une infection pulmonaire. 

Comme les adultes, certains enfants doivent être hospitalisés à cause de ces infections. Les patients hospitalisés peuvent avoir besoin d'oxygène, de ventilation mécanique ou d'intubation pour faciliter leur respiration. 

Bien qu'il n'existe pas de vaccin approuvé contre le virus et que celui-ci puisse mettre la vie en danger chez certains patients, il est possible de le prévenir dans la plupart des cas. 

Comment prévenir une infection grave par le VRS en l'absence de vaccin ?

Lesmaladies respiratoires aiguës résultant d'infections par le virus respiratoire syncytial ont tendance à être saisonnières, tout comme les rhumes et la grippe ordinaires. Lors de la saison du VRS, ces infections peuvent atteindre des sommets. Mais il existe quelques mesures que vous pouvez prendre pour minimiser la propagation de ces cas. 

La saison peut se dérouler en hiver, en automne et au printemps. Il est fortement recommandé de redoubler de prudence pendant ces saisons si vous êtes en contact avec un jeune enfant ou un nourrisson, en particulier ceux qui présentent un risque élevé d' infections graves. Plus précisément, voici quelques mesures que vous pouvez prendre pour protéger ces victimes potentielles. 

  • Évitez de toucher votre visage : une façon d'éviter de contaminer vos mains qui, à leur tour, entrent en contact avec le bébé est de ne pas toucher votre visage. Vous devez éviter de toucher votre nez, vos yeux et votre bouche. Si vous le faites, pensez à vous laver les mains avant de les poser sur le nourrisson.
  • Lavez-vous les mains aussi souvent que possible : Les mains sales ou non lavées sont un vecteur notoire de propagation des germes. Qu'ils passent des surfaces à votre corps ou à celui d'un enfant, ces germes peuvent facilement atteindre les victimes potentielles et provoquer des maladies.

    Selaver fréquemment les mains à l'eau et au savon pendant au moins 20 secondes permet de tuer les agents pathogènes et d'enrayer leur propagation. Vous devez guider les jeunes enfants pour qu'ils se lavent également les mains, car ils entrent facilement en contact avec des germes pathogènes. Vous pouvez également utiliser un désinfectant pour les mains à base d'alcool pour tuer les germes et les empêcher de se propager.
  • Couvrez vos éternuements et votre toux : Une façon de couvrir vos éternuements ou votre toux est de porter un masque de protection. Si vous n'en portez pas, utilisez du papier de soie ou le haut de la manche de votre chemise pour couvrir votre bouche et votre nez lorsque vous éternuez ou toussez.
  • Évitez les contacts étroits avec les personnes malades : Garder un espace décent entre vous et les personnes malades peut ne pas être viable dans certains cas. Cependant, vous pouvez éviter d'embrasser ou de partager des ustensiles et des tasses avec ces personnes afin de réduire les risques de contracter le virus.Lorsqu'une personne présente des symptômes semblables à ceux du rhume, il est possible qu'elle soit en fait atteinte du VRS et non d'un simple rhume ou d'une grippe. En évitant les contacts étroits, vous éviterez de contracter le virus et de le transmettre à d'autres personnes.
  • Gardez les surfaces propres et désinfectées : Les personnes infectées par le virus respiratoire syncytial peuvent facilement le laisser sur les objets ou les surfaces qu'elles touchent. Le nettoyage et la désinfection des objets et surfaces que les gens touchent fréquemment, comme les poignées de porte, les jouets et les téléphones portables, peuvent contribuer à empêcher la transmission des germes d'une personne à l'autre.
  • Limitez vos déplacements lorsque vous êtes malade : Si vous êtes diagnostiqué avec le VRS, envisagez de rester chez vous autant que possible. L'idée est de limiter les interactions avec le public, les collègues de travail et d'autres personnes qui pourraient contracter l'infection sur vous. Dans la mesure du possible, évitez d'aller à l'école, au travail ou dans des lieux publics pendant que vous vous rétablissez de la maladie. Cette mesure vous isolera des autres personnes et contribuera à les protéger contre la maladie.

Quels sont les symptômes de l'infection par le VRS ?

Quels sont les symptômes de l'infection par le VRS ? Infection par le VRS est généralement caractérisée par un écoulement nasal, une congestion, une toux, un mal de gorge et de la fièvre. Les premiers signes peuvent ressembler à un simple rhume ou à une grippe, ce qui rend difficile l'identification de la maladie. 

Les nourrissons infectés peuvent être fatigués, irritables et avoir des difficultés respiratoires. Les adultes et les nourrissons devraient être soulagés de ces symptômes en quelques jours, car ils disparaissent d'eux-mêmes.

Toutefois, une infection grave par le VRS peut se caractériser par une toux sifflante ou aboyante. Cette toux est souvent due à l'inflammation des petites voies respiratoires des poumons lorsque le virus s'est propagé dans les voies respiratoires.

Ces infections graves sont l'une des principales causes de deux des infections pulmonaires les plus courantes, la pneumonie et la bronchiolite. 

Vous pouvez détecter un nourrisson atteint d'une infection grave par le VRS lorsqu'il a une respiration superficielle et rapide. La poitrine du bébé sera souvent enfoncée entre et sous les côtes. Il peut également écarter les narines à chaque respiration, ce qui indique des difficultés respiratoires. 

Dans la plupart des cas, les lèvres, la bouche et les ongles du bébé deviennent bleuâtres en raison d'un manque d'oxygène. Lorsque vous constatez ces symptômes, une hospitalisation urgente s'impose. 

Comment le VRS est-il diagnostiqué ?

Le virus respiratoire syncytial peut être difficile à diagnostiquer sur la base des seuls symptômes, car il présente les mêmes signes que le rhume. 

Bien que les tests ne soient généralement pas nécessaires dans le cadre du diagnostic, les médecins peuvent effectuer des analyses de laboratoire pour confirmer le diagnostic de VRS avant de commencer le traitement. En général, ils suspecteront l'infection virale sur la base des antécédents médicaux du patient, de son examen physique ou de la période de l'année.

Le test de laboratoire peut consister en une prise de sang ou en un prélèvement buccal moins invasif. Votre médecin peut également effectuer des tests supplémentaires en cas d'infection grave. Dans ce cas, un scanner, une radiographie pulmonaire ou des cultures de sang et d'urine peuvent être réalisés en fonction du patient et de son état. 

Le vaccin COVID-19 peut-il prévenir l'infection par le VRS ?

Même si certains des symptômes de l'infection par le VRS sont similaires à ceux du COVID-19, rien n'indique que le vaccin COVID-19 puisse offrir une protection contre le VRS. Cependant, les vaccins à ARNm actuellement disponibles pour le COVID-19 peuvent constituer une avancée précieuse dans le développement de vaccins similaires pour le VRS. 

Le vaccin COVID-19 peut-il prévenir l'infection par le VRS ?

Sources

  • https://www.cdc.gov/rsv/high-risk/index.html
  • https://www.cdc.gov/rsv/about/prevention.html
  • https://www.mcrmed.com/respiratory-syncytial-virus-rsv-vaccine-development-whats-next/
  • https://www.who.int/teams/health-product-policy-and-standards/standards-and-specifications/vaccine-standardization/respiratory-syncytial-virus-disease
  • https://journals.lww.com/pidj/Fulltext/2019/10000/Respiratory_Syncytial_Virus_Vaccines__Are_We.23.aspx
  • https://www.healio.com/news/pediatrics/20180911/rsv-vaccine-development-about-to-enter-golden-age
  • https://www.lung.org/lung-health-diseases/lung-disease-lookup/rsv/treatment
  • https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/8282-respiratory-syncytial-virus-in-children-and-adults
  • https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/respiratory-syncytial-virus/symptoms-causes/syc-20353098
  • https://www.pfizer.com/health-wellness/disease-conditions/respiratory-syncytial-virus-rsv

Dr. John Apolzan PhD

Le Dr John Apolzan est un professionnel de la santé ayant plus de 10 ans d'expérience dans le domaine de la nutrition et titulaire d'un doctorat en alimentation et nutrition de l'université Purdue, IN, USA. Le Dr John est un auteur médical bien connu et ses travaux ont été publiés dans un certain nombre de publications médicales, notamment pubmed.ncbi.nlm.nih.gov et Google Scholar. Sa recherche clinique est spécialisée dans l'étude des conditions médicales liées à la nutrition, de l'obésité aux troubles alimentaires comme l'anorexie et la boulimie. Il a mené des recherches approfondies sur la façon dont les compléments alimentaires peuvent améliorer et aider à maintenir la perte de poids chez les patients. Sa passion pour la nutrition a conduit le Dr John à créer ce site Web afin de diffuser ses connaissances et d'aider d'autres personnes dans leur démarche de perte de poids. Vous pouvez également le trouver ici familyfoodandtravel.com.

Commentaires des utilisateurs

Répondre à

Votre adresse électronique ne sera pas publiée

seventeen − 2 =